Études actuelles sur le marketing et les médias

Études actuelles sur le marketing et les médias Les études qui ont attiré notre attention

Chaque année, des dizaines d’études et de statistiques sur l’évolution générale du marché du marketing et des média sont publiées. Sont-elles pertinentes? Nous avons sélectionné pour vous des études réalisées en Suisse et en Allemagne intéressantes d’un point de vue subjectif.

Les entreprises tirent de ces études des informations précieuses, notamment pour le choix de leurs mesures de marketing numérique et physique.

Si je veux acheter de la nourriture pour chien, je dois d’abord me mettre à la place du chien. En effet, seul un chien sait exactement ce que veulent les chiens.

Ernest Dichter, psychologue et pionnier de la psychologie de marché

Les études présentées ici sous forme de résumés méritent une attention particulière de votre part. Elles apportent en effet des réponses intéressantes aux questions actuelles des secteurs des médias, du marketing, de la communication marketing et en particulier du marketing de dialogue, et offrent ainsi des avantages concrets.

Qui sont actuellement les gagnants et les perdants dans la compétition entre les médias?

Il y a un média qui va de mal en pis, et ses prévisions ne sont guère encourageantes. Certains médias, forts d’une tradition de plusieurs décennies, s’en sortent étonnamment bien. D’autres médias aspirent à régner en maîtres sur le monde des médias. Comment se présente actuellement la lutte pour s’attirer les faveurs des utilisateurs et utilisatrices de médias?

Les «Statistiques sur les médias et leur utilisation en Suisse» (en allemand) fournissent une vue d’ensemble.

Récapitulatif

  • La portée des journaux imprimés continue de se réduire
  • Portée de la télévision en 2020: Suisse alémanique 63%, Suisse romande 65%, Tessin 72% par jour
  • Portée de la radio en 2020: Suisse alémanique 79,5%, Suisse romande 97,5%, Tessin 82,6% par jour
  • Utilisation régulière d’Internet en général: 88,7%
  • Utilisation régulière d’Internet pour les 14-19 ans: 98,9%
  • Utilisation des plateformes de streaming de vidéos: YouTube 75%, Netflix 54%

 

Pourquoi est-il recommandé d’analyser ces statistiques?

 

Quel type de média a actuellement le vent en poupe?

Lorsque les budgets publicitaires se réduisent, comme c’était le cas durant la pandémie, le choix des médias doit être plus sélectif. Les responsables marketing au sein des entreprises vérifient encore plus attentivement quels types de médias numériques et physiques offrent le meilleur retour sur investissement.

L’évolution des types de médias a atteint un tournant en 2020. Le «Moniteur du marketing de dialogue 2021» (en allemand) le prouve.

Récapitulatif

  • Malgré la baisse de l’ensemble des investissements dans la publicité en raison de la pandémie, les médias de dialogue (marketing en ligne, publipostages imprimés, télémarketing) ont progressé et dépassé les médias classiques avec une part de 52%.
  • Les publicités adressées retiennent l’attention de 82% des destinataires. Ceux-ci feuillettent les envois publicitaires adressés.
  • Environ 60% des publipostages imprimés sont consultés par plus d’une personne par ménage.

Les résultats du moniteur de marketing de dialogue correspondent aux chiffres de la Statistique Suisse. Les mises à jour sont annuelles et se déroulent en mai.

 

Pourquoi est-il recommandé de lire cette étude?

 

Dans quelle mesure la perspective subjective influence-t-elle la sélection des médias?

Les êtres humains ont tendance à voir les choses de leur point de vue. Pour certains, il est difficile d’adopter un autre point de vue. Lors de la planification des médias, il convient toutefois d’abandonner sa perspective personnelle et de s’orienter sur les préférences des utilisatrices et utilisateurs des médias.

L’étude «Media Bias: utilisation des médias par les professionnels du marketing et des médias en comparaison avec la population suisse» (en allemand) montre que cette prise de conscience ne s’est pas encore imposée partout dans la branche.

Récapitulatif

  • Le comportement d’utilisation des médias des professionnels des médias diffère parfois nettement de celui de la population globale. Ils se trompent en moyenne de 10% dans leur évaluation de l’utilisation des médias par l’ensemble de la population.
  • En général, les professionnels des médias ont tendance à sous-estimer l’utilisation des médias classiques, c’est-à-dire de la presse, par la population et à surestimer l’utilisation des médias numériques. L’utilisation des médias sociaux est nettement surestimée.

 

Pourquoi est-il recommandé de lire cette étude?

 

Que font les gens avec les publipostages imprimés

Le comportement actuel des consommatrices et consommateurs de médias montre clairement qu’aucune entreprise ne peut se passer de stratégies cross-média. L’imprimé soutient le numérique et inversement. Cet effet fait des publipostages imprimés et des rappels par e-mail un duo gagnant imbattable dans le marketing moderne.

L’étude allemande «Impact publicitaire des publipostages imprimés auprès des clients existants» (en allemand) fournit des chiffres étonnants à ce sujet.

Récapitulatif

  • Le taux de conversion moyen des publipostages était excellent, à savoir 6,8%.
  • Les personnes qui ont réagi au publipostage imprimé ont augmenté leur volume de commandes de 22% par rapport aux achats précédents.
  • 61% des commandes ont été passées plus de 14 jours après l’envoi, ce qui indique que les publipostages imprimés sont conservés.

 

Pourquoi est-il recommandé de lire cette étude?

 

Les cadeaux promotionnels comme renforçateurs d’impact

Le publipostage physique est un moyen idéal de faire parvenir les petits cadeaux à destination. L’étude «Impact publicitaire des articles publicitaires» (en allemand) souligne que la charge de travail supplémentaire nécessaire à la réalisation d’un publipostage en 3D peut s’avérer payante.

L’essentiel en bref:

  • Plus de 60% des supports publicitaires haptiques sont utilisés pendant plus d’un an
  • Sur une journée moyenne, les articles publicitaires atteignent 89% de la population de 14 ans et plus
  • Le taux de recall des articles publicitaires est de 70%

Auteur

GWW (Association allemande des entreprises du secteur des articles de publicité e.V.)

Comment la psychologie modifie-t-elle la définition des groupes cibles?

Qui est mon groupe cible? Comment vit-il? Comment consomme-t-il? Comment réagit-il? Quelles sont ses préférences? Les responsables marketing sont confrontés à ce genre de question depuis que le marketing existe. Les méthodes pour la segmentation en fonction des groupes cibles ont été affinées au fil du temps. Outre les critères démographiques et socio-économiques, le développement de personas ou la sélection selon le milieu, la psychographie occupe une place de plus en plus centrale.

L’étude psychographique intuitive «MACH Values» apporte de la transparence en ce qui concerne les valeurs et les affinités de marque.

Récapitulatif

  • Les informations psychographiques sur les utilisateurs des médias et les groupes cibles de consommation permettent d’analyser et de définir les groupes cibles sur la base de critères de valeur traditionnelles, hédonistes et communautaires (engagées, responsables).
  • La typologie comprend 8 types de valeurs auxquelles sont attribués les intérêts spécifiques au type.

 

Pourquoi est-il recommandé de lire cette étude?

 

Comment la publicité est-elle perçue en Allemagne et en Suisse sur différents canaux?

Il est bien connu que les Allemands et les Suisses ne se comportent pas de la même manière dans bien des domaines. Il est ainsi dans l’intérêt des planificateurs marketing et publicitaires d’adapter leurs stratégies médiatiques à chaque pays. S’ils reprennent par exemple un plan média pour l’Allemagne tel quel pour le marché suisse, ils verront certainement son efficacité baisser.

L’étude «Comparaison de la performance médiatique en Allemagne et en Suisse» (en allemand) met en lumière les différences de portée et d’acceptation des principaux points de contact médias entre les deux marchés.

Récapitulatif

  • OOH a une place nettement plus importante en Suisse qu’en Allemagne.
  • La télévision, YouTube et la radio jouissent d’une plus grande portée en Allemagne qu’en Suisse.
  • En général, la publicité dérange plus les Suisses que les Allemands.

 

Pourquoi est-il recommandé de lire cette étude?

 

Le coronavirus et l’humour sont-ils compatibles?

Lorsque l’ambiance générale au sein de la population est marquée par l’insécurité et la peur, on se demande comment la publicité doit réagir: faut-il ignorer ou thématiser la pandémie? Montrer sa sensibilité à la situation difficile des consommateurs ou simplement continuer comme si de rien n’était?

L’étude «Comment la publicité doit se présenter à l’ère du coronavirus» (en allemand) se penche sur ces questions.

Récapitulatif

  • Environ 90% des personnes interrogées souhaitent que la publicité soit essentiellement positive et qu’elle puisse redevenir originale et amusante.
  • Environ 70% attendent de la publicité qu’elle soit sensible à la situation actuelle. Environ 40% pensent que la publicité devrait mentionner le coronavirus.

 

Pourquoi est-il recommandé de lire cette étude?

Adaptez votre publicité au COVID-19

La pandémie de coronavirus a modifié le comportement de nombreux consommateurs ainsi que la manière dont ils utilisent les canaux publicitaires. Grâce à l’étude de l’impact publicitaire d’intervista AG, vous connaîtrez les principales tendances et pourrez adapter votre publicité en conséquence.

Commander gratuitement

La pertinence et la force d’expression sont essentielles 10 critères pour l’évaluation des études et des résultats des études

Les études fournissent des informations précieuses pour les décisions des stratèges et planificateurs de marketing. Il est requis qu’elles soient pertinentes et significatives. Avec des études, il est possible de prouver presque tout et son contraire. Pour évaluer la qualité et l’utilité d’une étude, il est recommandé d’examiner d’un peu plus près l’auteur et la conception de l’étude.

 

1. Qui est derrière l’étude?
2. S’agit-il d’une étude primaire ou secondaire?
3. Le groupe de participants à l’étude est-il représentatif?
4. La sélection des participants de l’étude reflète-t-elle votre groupe cible?
5. Quelles sont les questions posées dans l’étude?
6. Quelle méthode a été utilisée pour l’étude?
7. À quoi faut-il faire attention lors de l’évaluation des résultats d’études?
8. Les résultats des études sont-ils encore actuels?
9. La présentation des résultats de l’étude correspond-elle aux faits?
10. Une comparaison avec d’autres études est-elle possible?

Partager sur